Événement international de danse dans les espaces publics, In-Out Dance Festival s’installe à nouveau à l’Institut français pour sa 5ème édition. In-Out Dance Festival se positionne aujourd’hui comme étant l’un des événements prometteurs et incontournables de danse sur le continent africain. Il conjugue modernité et tradition, investit institutions et lieux insolites et va constamment à la rencontre de la population.

Ainsi, des compagnies professionnelles du Burkina Faso, de Belgique, du Sénégal, du Mali, de Corée du Sud, et des États-Unis seront réunies à bobo-Dioulasso pour occuper la ville pendant dix jours. Des spectacles gratuits sont proposés dans différents lieux à Bobo-Dioulasso, mais également à Bama, Banfora et Houndé. Des stages et formations sont également donnés aux jeunes danseurs de la région.

avec le soutien de la commune de Bobo-Dioulasso, l’ambassade de la république de chine (Taïwan) au Burkina Faso, l’Ambassade des États-unis au Burkina Faso, Prime Oil, Wend Konta, la Sobucop, la SN Sosuco, l’Hôtel Wifama, et le Collectif Sya Ben.

Retrouvez l’intégralité du programme du festival sur la page Facebook du In-Out Dance Festival

 

Programme des spectacles prévus à l’Institut Français : 

Samedi 3 février / Salle de spectacles / Gratuit

20h30 – 21h15 : « A rebours » – Compagnie Tamadia (Burkina Faso)

21h25 – 22h05 : Compagnie Zero Project (Taïwan)

 

Mardi 6 février / Salle de spectacles / Gratuit

20h30 – 20h40 : « Housewife » – Robin Gee (USA)

20h50 – 21h20 : « Eat it » suivi de « Alternances » – Compagnie Irène K (Belgique)

21h25 – 21h45 : « Comme une goutte d’eau dans un sac à main » – Compagnie Cirk’Oblique (France)

 

Jeudi 8 février / Salle de spectacles / Gratuit 

20h30 – 22h30 : « Les Dieux délinquants » – Djibril Ouattara (Burkina Faso)

« Degesbe » – Compagnie Kounadia (Burkina Faso – Corée du Sud)

« Odjou ode oba » – Association Toffodji (Bénin)

 

Samedi 10 février / Salle de spectacles / Gratuit 

20h15 – 22h30 : « Moribayassa » – Mousso Dambé et Awa Zon (Burkina Faso)

« Point fixe » – Alicia Gomis (Sénégal)

« Hope » (avec les détenus de la MACB) – Why Not Hope (Burkina Faso)