Du 6 au 9 novembre 2019

Durant trois soirées, le cinéma brésilien est à l’honneur avec 5 longs-métrages spécialement sélectionnés par l’ambassade du Brésil à Ouagadougou !

Le Mercredi 6 novembre
19h – Gabriel et la montagne de Fellipe Barbosa

Inspiré de l’histoire vraie d’un ami d’enfance du réalisateur, le film retrace de façon très documentée les soixante-dix derniers jours de l’étudiant brésilien Gabriel Buchmann du Kenya au Malawi. Souhaitant vivre au plus près des autochtones, il tente de s’affranchir de son statut de touriste avec frénésie le long d’un parcours qui le conduit au sommet du Kilimandjaro, où il enterre la photographie de son père, mort quatre ans plus tôt

Le jeudi 7 novembre
18h – L’Aveuglement de Fernando Meirelles

Basé sur le livre de l’écrivain José Saramango. Un jour se déclare une épidémie foudroyante de cécité. Les premières victimes sont mises en quarantaine sur une base gardée par l’armée mais, en l’absence de remède, la mesure prophylactique ne suffit pas : en l’espace de quelques mois, la ville entière est aveugle… sauf une femme.

20h – Une famille brésilienne (« Linha de passe ») de Walter Salles e Daniela Thomas


Sao Paulo. Une ville de 20 millions d’habitants, 200 kilomètres d’embouteillages et 300 000 motos pony express. Quatre frères (qui ne sont pas des enfants du même père) tentent de faire face à la vie avec leur mère qui vient d’être enceinte. Reginaldo, un enfant, tente obstinément de rencontrer son père. Dario rêve de devenir un footballeur doté des qualités mais il a 18 ans et les clubs veulent former de jeunes athlètes.

Le samedi 9 novembre
17h – Cinéma, aspirines et vautours de Marcelo Gomes

En 1942 dans le Nord-est brésilien, les chemins de Johann, un jeune Allemand qui fuit la guerre, et de Ranulpho, un Brésilien qui cherche à échapper à la sécheresse oppressante de sa province, se croisent. Roulant de village en village, ils projettent un film publicitaire pour vendre un médicament « miracle» aux habitants qui découvrent par la même occasion la magie du cinéma… Pour son premier long-métrage, Marcelo Gomes signe un road-movie dans le cadre poétique et métaphorique du Sertão.

19h – Estomac de Marcos Jorge

Partant d’une bonne vieille question existentielle – manger ou être mangé –, le Brésilien Marcos Jorge, pour son premier long métrage, construit une fable avec deux niveaux de flash-back, l’univers du restaurant et celui de la prison alternant sans que l’on sache exactement lequel a précédé l’autre. Une fois dissipée cette confusion volontaire (mais factice), le parcours du personnage se fait jour. Ainsi que la morale de la fable (ou son absence).

Lieu : Petit Méliès
Entrée libre